La culture du soja, pas si vertueuse que l’on dit.

N’en déplaise à mes ami(e)s Vegan, il semble que la culture du soja ne soit pas aussi vertueuse que les ayatollahs du mouvement veulent leur faire croire. Eh oui, tout n’est pas blanc ou noir.

ae4d4380a6_50030936_3817180044-483fbe47cd

La culture du soja est en expansion depuis de nombreuses années, et a un impact important sur l’environnement. Cette plante oléagineuse est cultivée principalement aux États-Unis, au Brésil, en Argentine et en Chine.

Culture du soja et OGM

Plus des deux tiers des cultures de soja sur la planète sont génétiquement modifiées. Le soja OGM est largement utilisé, car il résiste mieux aux insectes parasites. Cependant, le soja OGM nécessite plus d’engrais et contribue à la pollution des terres. En Amérique du Sud, et plus particulièrement au Brésil, de nombreuses plaintes contre les cultures de soja sont enregistrées chaque année. Les réglementations ne sont pas respectées, et les cultures de soja sont installées trop près des habitations. Les pesticides utilisés

La culture intensive du soja détruit l’environnement

La culture du soja est responsable de nombreuses déforestations. Au Brésil par exemple, elle provoque la déforestation de la forêt amazonienne, la pollution des rivières et des fleuves. L’utilisation de pesticides menace plusieurs espèces d’insectes, la pollution des eaux provoque la mort de nombreux poissons et crée un déséquilibre de l’écosystème. Enfin, le transport commercial du soja à travers le monde est responsable d’émissions de CO2.

À savoir : l’Union européenne est la principale consommatrice de soja non transgénique. Ce soja coûte 10 % plus cher que le soja OGM.

Cliquez ici pour voir l’article de Futura

À bientôt ami(e)s sapiens

Laissez un commentaire.