Tu aimeras ton prochain comme toi-même. ” Contre nature! “

indispensable.jpg

Tu aimeras ton prochain comme toi-même

Les exhortations « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », « Fais aux autres ce que tu voudrais qu’on de te fasse à toi-même » ou « Aimez-vous les uns les autres » véhiculées depuis la nuit des temps, des mésopotamiens à nous, son sensées apporter la justice, la coopération, la sérénité et la paix à tous les êtres humains de notre planète. Ces préceptes sont tous véhiculés, sous différentes variantes, par l’ensemble des religions crées par l’imaginaire de l’Homme.

Face à ces préceptes, vous avez l’impression de vivre dans le péché, la culpabilité vous ronge parce que vous avez été contraint de vous défendre, de protéger votre famille, vos biens, un autre être humain, la société, contre une agression. Calmez-vous! Le problème en ce qui concerne l’adhérence à ces commandements est qu’il sont contre nature, incompatible avec les lois de la Nature.

Que cela plaise ou non, aux papes, imams, brahmanes, dalaï-lamas, de ce monde, l’égoïsme est un trait essentiel chez toute créature vivante et l’Homme est sans contredit une de ces créatures vivantes.

Comme le disait mon père: « Si ça ressemble à une créature vivante, si c’est obligé de manger comme une créature vivante, si ça évacue comme une créature vivante, si ça naît et meure comme une créature vivante, c’est une créature vivantes. »

J’entends déjà, les chemises se déchirées. Les clics sur les boutons “Sortie”. « Faites-le taire! ».

Source:
Hans Selye, Stress sans détresse, 1974, page 129, ISBN 0-7777-0095-6
Henri Laborit, Éloge de la fuite, 1976, page 18 à 39, ISBN 2-07-005449-0

Les lois de la nature

Tout organisme vivant est un amas de cellules organisées. Du protozoaire à l’animal complexe que nous sommes. Prenons une cellules de notre système immunitaire, imaginons la, confrontée à un virus mortel, se dire: « Minute, je dois aimer ce virus comme moi-même. », « Il a le droit d’exister. »

Partagée entre la pulsion naturelle de tuer ce virus et l’exhortation socio-culturelle de ne pas faire aux autres ce que l’on ne voudrait pas que l’on nous fasse, la cellule tueuse décide, pour se conformer à l’enseignement reçu, de laisser passer le virus mortel.

Bien sûr, par cette bonne action, la cellule convertie aura droit au Paradis, aux douze vierges, au Valhalla, etc. Nous aussi d’ailleurs, seulement un peu plus vite que prévu.

L’Homme vu comme une cellule

Imaginez-vous maintenant confortablement assis dans votre salon. Par la fenêtre, vous apercevez un camion de déménagement reculer dans votre entrée. Sonnerie à la porte, intrigué, vous allez ouvrir. Un parfait inconnu vous annonce gaiement qu’il trouve votre domicile tellement chouette, qu’il a décidé d’y aménager avec sa petite famille.

Allez-vous vous dire « Minute, je dois aimer cet abruti comme moi-même. », profiter du camion de déménagement et prendre vos effets, quitter illico votre domicile? Si oui, donnez-moi votre adresse, j’arrive.

Y’a-t-il des personnes que l’on ne peut aider? Bien sûr! Y’a-t-il des personnes que l’on ne peut aimer? Bien sûr! Devons-nous, a tout prix, protéger notre intégrité physique, mentale, familliale? Absolument!

Pour ma part, je ne peux aimer les personnes qui n’ont rien fait pour aider la petite fille de Granby, ni ceux qui corrompent nos jeunes, ni ceux qui font sauter, au nom d’une idéologie, des bombes en public, etc.

Par contre, je ressens de la gratitude pour le vidangeur qui ramasse mes déchets, l’enseignant qui transfert ses connaissances à nos enfants, le docteur qui sauve des vies, etc. Je pourrais même dire que par leur action, leurs comportements, ils mérite que je les aime.

L’égoïste altruiste

Malgré les critiques injustes véhiculées par les “guides spirituelles“, sur des conduites dictées par les lois de la Nature, aussi longtemps que la vie persistera sur cette planète, l’égoïste doit demeurer un guide fondamental de conduite, sa disparition entraînerait la fin de la vie sur terre.

Il est impossible d’imaginer un monde dans lequel, une cellule, une molécule, une créature vivante, refuserait de se protéger; mais tout aussi inimaginable serait un monde dans lequel l’égoïsme incontrôlé, et le mépris des intérêts d’autrui seraient les principes de base du comportement.

D’un point de vue biologique, la philosophie qui transforme nécessairement toute impulsion d’égoïsme agressif en altruisme, sans amoindrir aucunement leur d’autodéfense, est l’égoïsme altruiste. En gagnant la bienveillance d’autrui on ne nuit à personne et on est utile à tous.

Mériter l’amour de son prochain

Maintenant que nous ne sommes plus tenus d’aimer les autres comme nous même, ce qui serait d’ailleurs contraire aux lois de la Nature, tout devient simple. La réussite ne dépens que de nous.

Mais d’abord, essayons de répondre à quelques questions

  1. Qu’est-ce que l’amour de son prochain?
  2. Qui est notre prochain?
  3. Comment peut-on mériter l’amour?

Qu’est-ce que l’amour de son prochain

Pour moi, ce mot englobe tout sentiment positif envers une personne, la gratitude, l’amitié, l’admiration, la sympathie et le respect.

Qui est notre prochain?

Pour moi, mon prochain comprend mes proches (génétiquement parlant), les personnes de mon cercle social et toutes celles ayant une proximité géographique, spirituelle et intellectuelle avec moi.

Comment mériter l’amour de son prochain

Pour y parvenir le moyen le plus simple est de se rendre aussi utile que possible. Le signal que nous sommes sur la bonne voie sera un sentiment de sécurité et d’épanouissement ressenti en devenant de plus en plus nécessaire à autrui.

En aidant, en étant utile, en servant à quelque chose, non seulement vous gagnez la l’amour de votre prochain, mais vous élargissez votre cercle de proches.

En étant utile pour son environnement et pour ses semblables, toute cellule, molécule, être vivant s’attire la bienveillance, la gratitude, la confiance, protection de ses semblables et même de ses ennemis.

Agir en étant conscient que nos gestes, nos comportements, sont conditionnés par ce besoin vital de bienveillance, de protection, d’acceptation, d’intégration, c’est cela de l‘égoïsme altruiste.

Voir article de : Sophie Babhi

 

Bon ou mauvais, dites nous le!