Et merde, les écolos du dimanche

 

Mercredi passé au supermarché, la caissière me demande « Voulez-vous un sac? » Je lui réponds « Oui! ». J’entends derrière moi une voie moralisatrice me dire « Vous savez que vous allez contribuer à polluer notre planète avec ce sac de plastique? »

En ce mois de juillet, c’était la troisième fois qu’un “sauveur de planète” s’adressait à moi pour ma consommation de sacs en plastique. Alors là, j’ai pété un plomb (je sais que je n’aurais pas dû).

J’ai demandé à mon écolo du dimanche, s’il savait que :

  • la toile de son jean Levi’s était faite partir de coton cultivé en Afrique, pour être ensuite exporté en Italie pour y être tissée, puis envoyée en Chine pour y être découpée et assemblée, puis envoyée en Turquie, pour y être délavée et sablée, puis en Amérique du Nord pour la finition (fermeture éclair, boutons. etc…). Difficile de trouver plus pollueur;
  • le tissu en coton de son chandail bon marché avec le logo « Sauvons la planète », de ses bas, de sa bobette, était aussi cultivé en Afrique, filé en Inde, teinté en Chine, assemblé au Vietnam et vendu en Amérique du Nord. Chaque kilo de vêtement produit, génère 23 kilos de gaz à effet de serre. Comme écologique, ont repassera;
  • ses chaussure bon marché fabriquées au Vietnam sont conçues avec des matériaux polluants: caoutchouc, plastiques, coton et synthétiques, le tout assemblé à l’aide de produits chimique tel que: colle et teinture contenant des métaux lourds. “Un brin plus polluant que mon petit sac en plastique”.

Alors, ne viens pas m’emmerder avec un petit sac en plastique!

Laissez un commentaire.