Pourquoi les “béni-oui-oui” ont les promotions?

beni-oui-oui-02Mise en situation

Imaginons que je sois un dirigeant de haut niveau. Mon entreprise vient d’absorber une entreprise concurrente, résultat je suis débordé et je le serai encore pour plusieurs mois.

Comme je suis un dirigeant professionnel, j’ai convaincu mon conseil d’administration qu’il me fallait absolument de l’aide. J’ai le “go” pour embaucher un nouveau cadre de niveau I. Deux choix possibles, trouver quelqu’un à l’externe ou trouver quelqu’un à l’interne.

Comme je suis débordé, je n’ai pas de temps pour: élaborer un appel de candidatures, assister aux entrevues et entraîner un nouveau gestionnaire. Ce sera donc à l’interne.

Suite à l’affichage à l’interne, je retiens deux candidatures qui me plaisent parmi toutes:

  • Pamphile, cadre de niveau II, compétent, loyal et responsable. Cher Pamphile, comme je suis content qu’il est postulé. Toujours partant pour les dossiers que je lui confie. C’est parti patron, c’est comme si c’était fait! Me dit-il toujours en sortant de mon bureau. Il mène les dossiers comme je l’aurais fait moi-même.
  • Roger, cadre de niveau II, compétent, loyal et responsable. Roger, Roger, je suis aussi content qu’il est postulé, toujours prêt lui-aussi. Mais avec une variante, Roger amène toujours une idée pour mieux faire les choses que je lui demande. Je dois avouer qu’il défend bien ses points. Il a d’ailleurs toujours raison. C’est agaçant à la fin!

Qui l’emporte?

Vous devinez qui je vais choisir? Roger?

Non! Ce sera Pamphile!

Je peux davantage me permettre de perdre les brillantes idées de Roger, que le temps qu’il me faut lui consacrer pour approuver ces idées. Mon problème ce n’est pas l’innovation, mon problème c’est le manque de temps.

Pourquoi les « béni-oui-oui » l’emportent?

Pamphile l’emporte parce qu’il est soumis.

Bien sûr que je sais, que pour qu’une organisation évolue, ça prend des gestionnaires comme Roger, enthousiasme, imaginatif, innovateur. Mais, je n’ai pas de temps pour cela. Moi, j’ai un service à faire fonctionner!

J’entends déjà les conversations autour de la machine à café du bureau ou dans les séminaires de gestion : « Mais pour qui il se prend ce type? » En tout cas, dans mon service, ça ne se passe pas du tout comme cela!

En public, tous les gestionnaires tirent à boulets rouges sur le conformiste, les employés soumis, les administrateurs purs, etc. Leurs portes sont toujours ouvertes, ils sont capables d’écouter les idées nouvelles, de changer d’idées, etc.

Mais, soyons sérieux, dans les faits, lorsqu’il s’agit de choisir un subordonné, on choisit toujours celui qui ne fait pas de vagues. Bien sûr, on va se donner bonne conscience en se disant: je choisirais Roger, mais qui peut le remplacer? Qui possède ses compétences? Pas en ce moment, avec le renforcement d’équipe qu’il doit faire. Etc. Si vous affirmez le contraire, vous vous mentez!

Conclusion

Un manager débordé choisira un exécutant pur (béni-oui-oui). Un dirigeant amateur ayant un déficit de confiance en lui, ne choisira pas quelqu’un de plus fort que lui, il choisira un exécutant pur (béni-oui-oui).

En comprenant cela, si vous désirez obtenir une promotion, cessez immédiatement d’emmerder votre patron avec vos brillantes idées et faites ce qu’il vous demande en répondant « Ok, c’est partie, je m’en occupe! », sauf bien sûr, s’il vous demande votre avis.

Un commentaire Ajouter le vôtre

Bon ou mauvais, dites nous le!