Nouveau dirigeant – Et s’ils s’étaient trompés?

imposteur-285x214Introduction

La direction vous a offert un poste de direction, vous l’avez accepté. Célébrations avec vos proches, collègues qui vous félicitent, vous voilà pour la première fois « patron ». Et voilà qu’une petite voix intérieure vous chuchote « Et s’ils s’étaient trompés? Qu’est-ce que j’ai fait là? » “Pourquoi-moi?

Un doute émerge

Cela ne vous est pas arrivé, pas de problème, ça va venir! Nous avons tous, à un moment ou à un autre de notre carrière ressenti, à des degrés divers, les effets pervers du sentiment d’imposture.

Douter de soi à l’occasion est naturel et même sain, cela permet à la personne de continuer à se développer. Ce qui est plus grave, plus pathologique, c’est lorsque ce doute persiste. Nous parlons alors du syndrome de l’imposteur, mais nous en reparlerons dans un autre article.

Attention aux dérives

En réaction à leur malaise, certains dirigeants vont opter pour l’autoritarisme dans le but de cacher leur manque de confiance, tandis que d’autres vont choisir l’approche copain-copain, en voulant continuer à faire partie de la gang. Le cimetière des dirigeants est rempli de personnes ayant faits ce choix.

La voie du milieu s’avère toujours la meilleur. Le vieille adage “Une main de fer dans un gang de velours.” vous dit quelque chose?

La confiance en soi comme personne

La confiance en soi, c’est la certitude intérieure de sa propre valeur, la conscience d’être un individu unique, d’être quelqu’un qui a des forces et des limites. La confiance en soi est liée à la perception qu’on a de soi-même dans différents domaines de la vie. De façon générale, le jugement qu’on porte sur soi-même est lié à la perception des différents rôles que la vie amène à jouer.

Mais, la confiance en soi est une réalité changeante. Dans les moments de bonheur, elle est une force qui s’épanouit et, dans les moments de tension ou de malheur, elle risque de s’affaiblir et même de s’éteindre. Mais le plus important consiste à savoir qu’elle peut, tel le phénix, renaître par de petites victoires.

Comment surmonter le sentiment d’imposture

Comprendre ce sentiment.

Prendre conscience que le sentiment d’imposture est naturel, sain et temporaire, sans pour autant lui donner raison, permet de désamorcer la montée en force de ce sentiment. En parler avec des personnes de confiance aide aussi grandement.

Fermer la gueule au mental

Dès que la petite voie se fait entendre en profitant d’un moment d’inattention. Lui fermer le clapet en récitant mentalement en boucle une phrase positive tel que ” J’ai assuré, j’assure et j’assurerai!” ou toute autre phrase motivante, court-circuite la petite voie en occupant le mental de façon positive.

Focaliser sur ses capacités

Faire une liste de nos talents naturels et nos forces nous permet d’avoir une perspective plus positive de nous-même. Encore mieux, mémoriser la liste complet.

Alcool ou Adidas

Gare à l’alcool, qui fait voir le doute en double. Faire de l’exercice réduit l’anxiété de plusieurs façons: le corps se débarrasse de l’excès d’adrénaline, la production d’endorphines augmente et la tension musculaire relâche. Courir, marcher rapidement ou lentement, faire du sport, etc.

Posture physique

Sourire, redresser les épaules, rouler nos manches, plusieurs études ont prouvé que prendre une posture de confiance a un effet non seulement sur la perception des tiers mais également sur la façon dont nous nous voyons nous-mêmes.

Lien pour posture physique

Des petites victoires

Se donner des objectifs facilement réalisables et mesurables, qui sont en lien avec nos futures responsabilités est une bonne stratégie pour remporter de petites victoires qui permettent de retrouverez rapidement confiance en nos moyens.

En conclusion

Nous sommes génétiquement conditionnés pour voir, en premier, le danger dans toute situation. L’Homme était une proie pour plusieurs prédateurs, notre espèce a développé le reflexe de voir la possibilité qu’il y ait un prédateur dans la forêt avant de voir une absence de prédateur. Voir la gourde à moitié vide plutôt que de la voir à moitié pleine aide à rationner sa consommation et à se mettre rapidement en quête d’eau. Douter est la preuve que vous êtes humain. Prendre les moyens pour ne pas laisser ce reflexe primaire vous contrôler, prouve que vous êtes un humain évolué.