Piège à décideurs

Collaboration spéciale de Charles Dugas, M. Ed., DESS

Introduction

téléchargement (6)La plupart des écoles de gestions enseignent aux futurs dirigeant la marche à suivre pour prendre les meilleures décisions possibles. Ceux-ci étudient les différents modèles de prise de décision, les processus décisionnels, l’arbre de décision, etc.

Et pourtant, dans leur pratique de tous les jours, les gestionnaires mettent rapidement ces outils de côté.

Pourquoi? Parce que ces méthodes sont trop longues et trop compliqués pour la grande majorité des décisions qu’un décideur doit prendre régulièrement. Au “Day to day” , ils reviennent vite à leurs réflexes primaires pour prendre les décisions qui leurs semblent s’imposer de facto.

Trop souvent hélas, ils tombent dans le piège à décideurs, et “clac! Celui-ci se referme.”

Piège à décideurs

Le piège à décideur se referme lorsque le décideur perçoit la solution comme étant le problème à régler.

Exemples :

  • Bob, employé manuel – patron j’ai un problème, il faut acheter une perceuse à percussion pour que je puisse faire mon travail correctement.
  • Patron – C’est combien cette perceuse?
  • Bob – Une Métabo industrielle ± 450$, garantie 3 ans, par exemple.
  • Patron – Ok, si c’est absolument nécessaire.

Et, voilà un autre problème de régler. On passe au suivant.

Pas si certain, car deux jours plus tard:

  • Claude, confrère de Bob – Patron Bob a eu une perceuse à percussion, moi aussi j’en n’ai besoin d’une.
  • Patron – Demande à Bob de te prêter la sienne.
  • Claude – Je lui ai demandé. Il dit qu’il en a besoin.
  • Patron – Tu peux pas attendre, qu’il en ait plus besoin.
  • Claude  – Je ne vois pas pourquoi j’attendrais, il en a eu une lui.
  • Etc. etc.

Je vous fais grâce de la suite de cette discussion. Le patron devra-t-il acheter une perceuse pour chacun de ses 10 autres employés. Peut-être oui, peut-être non. Mais ça c’est un autre problème me dites-vous. “clac!” Ce n’ai pas un autre problème! C’est une autre solution.

Comment identifier le problème

Danger

Pour identifier le problème, certains auteurs vont vous suggérer d’utiliser la question “Qu’est-ce qui fait problème?”

Danger! Car nous pourrions répondre : le problème c’est qu’il faut acheter une perceuse à percussion, pour que Bob puisse faire son travail.

Truc simple

La définition d’un problème n’inclut jamais une réponse ou une action pour le régler.

Appliquons ce truc à notre exemple : “patron j’ai un problème, il faut acheter une perceuse à percussion pour que je puisse faire mon travail correctement.”

Puisque la définition de Bob comprend l’action d’acheter, ce ne pouvais pas être le problème. En effet, c’était la solution de Bob. Était-ce la bonne? De toute façon le patron a dit “oui”.

Et pourtant, il y avait une perceuse à percussion fonctionnel, disponible, dans l’armoire de l’atelier de maintenance.

Attention au piège à décideurs.

On vous amène rarement le problème, on vous amène presque tout le temps une solution.

Poser vous en tout temps la question: Est-ce qu’on est en train de me dire quoi faire ou de me demander la permission?

Dans l’affirmative, vous êtes devant une solution et non un problème. Comment savoir si c’est la bonne solution, vous ne connaissez même pas le problème.  

Question

Désirez-vous que nous élaborions un peu plus ce sujet?