Dirigeants surchargés, et si s’était un problème de systémique.

Dirigeante surchargéeNombre de dirigeants sont obligés de se taper de 50 à 80 heures par semaine. Certains de temps en temps, d’autres presque semaine après semaine. S’agit-il vraiment de quantité de travail ou s’agit-il simplement de méthode de travail? Étudions quelques cas.

Claude, ancien mécanicien sur les navires, affirme que depuis qu’il est commandant sur les navires marchands, il est obligé de travailler plus de 60 heures par semaine. En plus de son travail de commandant, il doit régulièrement aider ces incapables de mécaniciens à réparer et entretenir les machines du navire, se plaint-il.

Johanne, ancienne chef de cabine principal, signale que même si elle est devenue copilote sur les Airbus A321, elle doit souvent laisser le commandant de bord seul aux commandes pour aller aider le personnel de cabine à faire correctement leur travail. Elle doit donc compléter les rapports de vols après les atterrissages.

Guy, ancien professeur, se plaint que depuis qu’il est directeur au secondaire, il doit travailler plus de 50 heures par semaine. En plus dit-il, je dois corriger les fautes d’orthographe sur la plupart des mémos, rapports et demandes de financement de mes adjoints.

Pour John entrepreneur électricien depuis une quinzaine d’années, 60 heures par semaine c’est une petite semaine. Il travaille sur ses dossiers administratifs le soir ou les fins de semaine, car dans le jour il doit absolument être présent sur ses chantiers, s’il veut que ça avance rondement. De toute façon avoue-t-il, j’aime mieux travailler manuellement avec les gars, qu’être enfermé tout seul dans un bureau avec des papiers.

Albert, propriétaire des Fenêtres Idéales inc., travaille à son bureau de 20 à 25 heures par semaine. Le reste de son temps est consacré à jouer au golf, à assister à des évènements caritatifs, à rencontrer des fournisseurs, des clients, etc. Au commencement, je travaillais plus de 60 heures par semaine au bureau, mais j’ai su m’entourer de personnes responsables et motiver. Bien sûr, j’ai dû apprendre à déléguer, dit-il. Maintenant, je contrôle mon entreprise en vérifiant les audits, les listes recettes et déboursés, etc. Quarante heures par semaine, c’est bien assez pour moi, affirme-t-il.

À vous de tirer vos propres conclusions.

Vous aimez ou n'aimez pas, faites le savoir.