Manager, attention à vos pulsions

sablierManager,  attention à vos pulsions – Donner vous un temps de réflexion!

Relation patron-ouvrier

Le postulat qui suit risque de m’envoyer au pilori sur les réseaux sociaux. Mais, que l’on l’accepte ou non, toutes relations entre un patron et un ou des employés sont des rapports dominant-dominé.

Comme patron nous avons des objectifs à atteindre. Pour les atteindre nous avons besoin d’une équipe motivée et compétente. Nous définissons les tâches, fixons les objectifs et prenons les décisions. En assumant nos fonctions, nous allons rencontrer des résistances, certaines d’entre-elles peuvent même ressembler ou être de l’insubordination.

Mesures disciplinaires

Bien que certains employés en doutent, un patron est avant tout un être humain. Comme tel, certaines résistances peuvent toucher chez-nous des cordes sensibles, nous rendre agressif. C’est lors de ces moments, que les managers professionnels ressentent un signal interne les prévenant que la partie capable de réflexion (néocortex) de leur cerveau est non-fonctionnelle court-circuitée par la partie réactive (limbique) de leur cerveau. Sauf en cas d’urgence pour la sécurité d’un ou de plusieurs employés, ils vont remettre à plus tard toute décision de prendre action.

Situation vécue

Constatant qu’un ferme-porte est défectueux, mon supérieur m’en informe en passant devant mon bureau. Je produis une requête de réparation pour Guy mon maître serrurier.

Peu de temps après, Guy se pointe à mon bureau pour me parler.

  • Guy – Charles, est-ce que je peux te parler?
  • Moi – Ma porte est ouverte, que puis-je pour toi?
  • Guy – C’est au sujet de la requête de réparation du ferme-porte de la porte A-133. C’est Jos qui l’a installé hier en changeant la porte. Il sait pourtant que c’est moi qui installe les ferme-portes. Alors je voudrais que ce soit lui qui le répare.
  • Moi- Je vais parler avec Jos pour les futurs travaux. Pour celui-ci, c’est Denis qui m’a demandé de le faire réparer, et ce le plus vite possible car le ministre de l’éducation va utiliser cette porte demain après-midi.
  • Guy – Désolé, mais je ne veux pas le faire. Que Jos le répare lui-même!

Comme le dirait mon père – « La moutarde m’a monté au nez! »

  • Moi – Guy, c’est toi que j’assigne. Donc, c’est toi qui le répare!
  • Guy – Non, c’est non!

Sur le coup je me suis dit « Toi, je vais te montrer c’est qui le boss! Oui Jos va le réparer. Mais toi, je vais te suspendre pour trois jours! » Et là, le signal d’alarme interne a retentit.

  • Moi – Bon écoute Guy, ce que je te demande ne met pas ta vie en danger. Ça touche ton orgueil, mais pas ton intégrité physique. Tu sais que je n’aurai pas le choix de prendre des mesures en lien avec ton refus. On va réfléchir tous les deux et demain matin à 9 :00, on se rencontre de nouveau pour parler de cette situation.
  • Guy -On peut en parler tout de suite!
  • Moi – Non pas moi! Il faut que je décante, en plus j’ai un travail urgent à terminer. On s’en reparle demain matin!

Le lendemain reposé, j’étais prêt. Mais, le ferme-porte avait été réparé par Guy.

Bien sûr, nous avons fait un post mortem de la veille, mais ce fut des plus constructif.