Justin Trudeau – Un exemple de perte de leadership

Pour moi, la saga SNC Lavalin est simplement la goutte qui a fait déborder le verre.

Un parti politique est une entreprise avec un chef, des cadres de divers niveaux (ministres, députés, etc.) une technostructure, un support logistique, etc. 

La raison d’affaire de celle-ci est d’obtenir un contrat de 4 ans. Contrat renouvelable pour des tranches de quatre années successives. 

La démission de Jody Wilson-Raybould, le sacrifice de Gerald Butts sur l’autel de la solidarité organisationnelle, la démission de Jane Philpott et la décision de Celina Caesar-Chavannes de ne pas se représenter à la prochaine élection, sont des symptômes qui signalent habituellement une perte de leadership de la direction.

En analysant : ce qui est écrit et, surtout ce qui n’est pas écrit dans les lettres de démission de mesdames Wilson-Raybould et Philpott; certaines réactions des acteurs principaux et de leurs entourages. Il ressort que certaines personnes perçoivent leur dirigeant comme un mauvais chef et la culture du parti comme déficiente. Elles ressentent un manque d’équité et de respect envers eux. Certaines ne sont plus fières de travailler pour le parti et le niveau de stress engendre de la détresse chez certaines d’entre elles. 

Ces constats sont généralement reliés à une perte de leadership.

Lettre de démission de Jody Wilson-Raybould, députée Libéral pour Vancouver Granville (Colombie-Britannique), membre de l’Association parlementaire canadienne de l’OTAN

https://jwilson-raybould.liberal.ca/news-nouvelles/statement-from-the-honourable-jody-wilson-raybould-member-of-parliament-for-vancouver-granville/

Lettre de démission de Jane Philpott, députée Libéral pour Markham—Stouffville (Ontario), membre de l’Association parlementaire canadienne de l’OTAN

Lettre disponible : https://twitter.com/janephilpott

Publicités