Leadership – P1

Commençons par clarifier certains termes

Dans notre jargon de gestion et même dans plusieurs ouvrages spécialisés dans ce domaine, les termes: influence, pouvoir, autorité, leadership, sont souvent confondus. Ces termes ont été tellement galvaudés, utilisés à toutes les sauces, que nous en avons tous des images différentes. Essayons de les remettre en perspective.

Leadership

D’entrée de jeu, malgré le manque d’uniformité en ce qui concerne le leadership, on s’accorde généralement sur un point « La notion d’influence constitue l’élément essentiel dans l’exercice du leadership » (Bergeron et al., 1979). C’est par l’influence que le meneur exerce sur les membres de son groupe, qu’il se distingue de ceux-ci. Il est important de comprendre que le leadership est accordé par le groupe et il sera retiré aussitôt que la personne ne répond plus aux attentes et aux besoins du groupe.

Lorsque le leadership dérape, qu’il passe du côté obscur, nous parlerons de contrôle pathogène, de manipulation, d’imposition, de machination, etc.

Pouvoir

C’est la possibilité découlant de sources, de légitimation, d’objectifs, d’un individu ou d’un groupe d’agir sur un autre individu ou groupe (C. Benadou et H. Abravanel, 1986). Celui qui détient le pouvoir n’est pas dans l’obligation de l’utiliser nécessairement.

Autorité

C’est le pouvoir formel de commander, d’être obéi. Elle implique les notions de légitimité, de commandement et d’obéissance. L’autorité est accordée en fonction du poste et non pas de la personne et définit par l’organigramme. Elle est exerçable (si acceptée des subalternes) ou non exerçable (si non n’acceptée des subalternes).

Lorsque l’autorité dérape, qu’elle passe du côté obscur, nous parlerons à ce moment d’autocratie, de dictature, de despotisme, de tyrannie, etc.

Conclusion

Un gestionnaire est une personne qui possède l’autorité de diriger. Un gestionnaire-leader est une personne qui en plus de posséder l’autorité de diriger, se voit accorder le rôle de leader par ses subalternes. Vous avez devinez que pour un dirigeant, le gestionnaire-leader représente le match parfait.

Nooooon, pas encore le leadership! – Partie 2

Laissez un commentaire.